Le jour s'enfuit, la vie s'écoule
Les saisons passent sans regret,
Alors je pars loin de la foule
Verser mes larmes en secret.

Au fil du temps qui se consume
J'essaie de retenir le soir,
Mais de l'étoile ou de la brume
Seul demeure le désespoir.

Pourtant je songe au clair de lune
À m'envoler dans le lointain
Et je sillonne la nuit brune
À la recherche du matin.

 

Isabelle CALLIS-SABOT